Concours Ortho : un premier bilan.

 

CONCOURS ORTHO : UN PREMIER BILAN.

Besançon, Lyon, Nantes, Caen, Amiens, Bordeaux, Paris, les Idesiens reprennent leur souffle avant d’aborder une nouvelle étape dans ce marathon des concours. Ils ont accepté de nous  faire partager leur expérience.

Comment avez-vous vécu cette première période ? C’était INTENSE…. par l’organisation à mettre en place, la concentration à conserver sur la durée, l’accumulation des tensions à contrôler.

Si je vous dis Besançon : MISE EN CONFIANCE. Premier concours du calendrier 2015, Besançon a permis aux élèves de se confronter au contexte des concours à la fois sur le plan des connaissances mais également sur la dimension organisationnelle. « Heureusement, nous y sommes allés ensemble ! »  L’accompagnement et l’expérience d’anciens ont permis d’alléger la peur de l’inconnu pour les novices.

Si je vous dis Lyon : IMPLICATION PERSONNELLE. La particularité de ce concours c’est qu’il propose beaucoup d’exercices axés sur l’écriture créative. Le rédactionnel est un élément clé qui nécessite de générer des idées, de structurer son discours et de faire appel sans cesse à une démarche de réflexion approfondie. « On a le sentiment de ne jamais avoir fini ! »

Si je vous dis Bordeaux : LA COURSE CONTRE LE TEMPS. Savoir gérer son temps s’impose comme un réel atout pour réussir ce concours. Le « chrono » mène la danse car toutes les activités proposées sont minutées.  Une des épreuves phares : la dictée à corriger qu’on pourrait  qualifier de malicieuse dans la mesure où elle sème le doute et repousse les limites de l’application des règles orthographiques et grammaticales !

Si je vous dis Nantes : TECHNICITÉ. Un mois après le début de ce marathon,  cette nouvelle étape permet d’évaluer le niveau des acquis et de consolider sa pratique des concours. Les questions se succèdent nécessitant une bonne technicité quelle que soit la matière proposée (culture générale, raisonnement, maîtrise de la langue…).

 Si je vous dis le Nord !!!! : COHÉRENCE. Les concours d’Amiens et Caen ont conservé la même philosophie que l’année passée ce qui permet d’aborder plus sereinement ces écrits. Le travail réalisé sur les annales permet de gagner en efficacité sur la méthodologie.

Si je vous dis Paris : ATYPIQUE …et encore plus cette année avec l’apparition des QRL (questions à réponse libre) qui ont détrôné les QRU (questions à réponse unique) et QRM (questions à réponses multiples). Une évolution qui a dû en surprendre plus d’un !

Et maintenant ? La motivation reste la même qu’aux premiers jours. Les Idésiens se disent déterminés à réussir leurs concours cette année et sont déjà dans l’attente des premiers résultats. Alors qu’on pourrait redouter une certaine appréhension, c’est plutôt l’envie de connaître les noms des heureux élus qui l’emporte ! Surprenant ? Pas vraiment, la force du collectif d’Idésia cultivée tout au long de l’année permet aux élèves d’aborder sereinement l’annonce des résultats : « si des amis à moi réussissent, ça me rassure car on travaille ensemble et  en conséquence je me dis que s’ils ont réussi… c’est donc que l’objectif est aussi réalisable pour moi !

Merci à Clémentine, Charlène, Gabrielle, Ophélie, Lauriane….

Concours : top départ pour les écrits !

Concours : top départ pour les écrits !

Prêts ? Il est  temps de prendre place sur la ligne de départ pour s’élancer dans ce grand marathon des concours. Après une premier coup d’essai  à Besançon le 18 décembre dernier, les Idésiens se préparent à parcourir la France entière pour passer les écrits et décrocher des admissibilités en école d’orthophoniste.  Depuis des mois, ils se préparent sans relâche afin de se donner toutes les chances de réussite. Petit tour d’horizon de leur état d’esprit à la veille de ces concours !

Comment vous sentez-vous à quelques  jours des écrits ?

« Stressés ! » Réponse tout à fait logique à l’aube du concours de Lyon.  Cependant, ayant tout mis en œuvre pour réussir, ils se sentent bien préparés ce qui leur permet de relativiser. « On n’ a pas vu le temps passer !»  A la fois impatients mais également inquiets par une échéance qui arrive très, trop vite, les Idésiens reconnaissent avoir des choses plein la tête et s’efforcent de gérer au mieux les aspects organisationnels liés aux trajets afin de créer des conditions favorables à leur  réussite.

Comment se prépare-t-on aux concours ?

« Il faut être persévérant ». La préparation aux écrits est rapidement très dense et cela sur l’ensemble des matières ce qui peut avoir  pour conséquence de se laisser déborder.  La solution : être régulier dans son travail.

« Il faut y croire ». Le nombre de candidats qui se présente au concours est important mais les élèves refusent de se laisser impressionner. Certes, la concurrence est rude mais « pourquoi pas nous » ! Les taux d’admission des années précédentes et les témoignages des anciens Idésiens leur permettent de se rassurer et de se projeter dans une réussite possible.

« Il faut savoir s’entourer ». Tous reconnaissent que les concours impliquent la notion de compétition et pour autant ils affirment que le groupe de la prépa est une force. « Le jour J on est seul devant sa feuille et pour autant on a besoin des autres pour réussir ». Régulièrement, les élèves sont amenés à travailler en sous-groupes sur les cours ce qui créé une dynamique de travail intéressante.  Ils se confrontent à d’autres méthodes de travail  et s’enrichissent par les différents échanges développés.

Comment avez-vous vécu ces 5 mois de préparation ?

« Court, intense et  sympathique » ! 3 mots sur lesquels Arthur, Aurélie, Laura, Lucile, Camille et Clémentine s’accordent.  Une des difficulté soulevée est la rupture entre  l’activité du lycée et celle de la prépa. S’adapter à un nouveau rythme semble nécessaire pour répondre aux exigences de la formation.  Chacun d’entre eux reconnaît qu’il a progressé à la fois sur les connaissances, méthodes de travail mais également sur  le plan de la maturité. « On a gagné en autonomie »

 Avez-vous des astuces pour gérer le stress ?

« Il faut relativiser ».  La prise de recul est une des clés pour ne pas se laisser envahir par les émotions. Le stress généré par le concours est nécessaire, il permet de stimuler le candidat et ne doit en aucun cas être cas être contre performant.

« Avoir une bonne hygiène de vie ». Préserver son temps de sommeil, manger sainement, autant de conseils qu’on a pour habitude d’entendre sans forcement les mettre à profit. Or, dans le contexte de la prépa «on n’a pas le choix ». Certains reconnaissent culpabiliser lorsqu’ils dorment estimant que c’est du temps de perdu et pourraient rapidement tomber dans le piège du manque de sommeil.  Il est essentiel de rester vigilant et de s’accorder des temps de récupération : à l’image des grands sportifs !

Vous l’aurez compris, rentrer en école d’orthophonie : ça se mérite ! La motivation et la détermination des Idésiens restent intactes alors qu’ils s’apprêtent à vivre une période intensive.  Ces écrits sont une première étape à passer et nous sommes là pour les accompagner et poursuivre une préparation adaptée en fonction des écoles visées.Un grand merci à Arthur, Lucile, Élise, Camille, Aurélie, Clémentine et Laura qui ont accepté de nous faire partager leur vécu.